11
jan 09

La vie enchantiée : un bar de tous les possibles

Depuis toujours, les bars sont des lieux de brassage culturel et de discussions où l’on s’adonne à des débats de société, où l’on refait le monde. Refaire le monde ou plutôt créer un espace de tous les possibles, voilà ce qui a poussé 4 copains à monter le bar La vie enchantiée. Pour vous, avec Anthony (un nouveau Lagom reporter) j’ai rencontré Yoann Miloux, l’un des 4 associés du bar rennais La vie enchantiée.

La vie enchantiée est composée de 2 structures juridiques :

  • Une SCOP : Société dont les employés sont majoritairement actionnaires. Ici, les parts de la vie enchantiée sont réparties de manière égalitaire entre les 4 associés. La scop est la structure utilisée par La vie enchantiée pour le débit de boisson et la petite restauration.

    • Une association : L’asso enchantiée. Celle-ci a été lancée par les salariés de la Scop mais elle est ouverte à toutes personnes désirant participer l’aventure.

    Elle est composée de différentes commissions :

    • Commission programmation culturelle. C’est cette commission qui gère la programmation du Bar La vie enchantiée.
    • Commission panier repas (fonctionnement proche d’une Amap sauf que les paniers sont déjà tout prêt)

    Il y a également un groupement d’achat collectif qui moyennant une cotisation permet à ses adhérents d’acheter des produits bio, locaux et/ou équitables à prix coutants. (cf évaluation Be Lagom)

    Evaluation Be Lagom de la vie enchantiée

    Approche économique

    • Bar : Boisson et petite restauration à prix abordable (2.2 -2.6 € la bière pression artisanal, 2 € jus de fruits)
    • Association : Moyennant une cotisation variant de 8 à 15 € (suivant le statut social), il est possible d’avoir des produits bio, locaux et/ou équitables à prix coutants.

      Empreinte écologique

      La vie enchantiée propose des produits :

      • bio ou en cours de conversion vers le bio (sans pesticides, ni engrais chimiques c’est-à-dire qu’ils ne polluent pas les nappes phréatiques)
      • locaux (ce qui limite les émissions de CO2)

      Apports sociaux

      Quand les produits dont la vie enchantiée a besoin pour le bar ne sont pas disponibles en France, elle achète des produits fabriqués dans les pays du sud selon les principes du commerce équitable (salaires supérieurs à la moyenne + prime équitable)
      La vie enchantiée est une scop ce qui implique qu’elle n’est détenue par des personnes qui n’y travaillent pas. Autrement dit, c’est une entreprise qui ne peut pas être revendu sans l’aval des salariés. D’un point de vue motivation, cette structure juridique est intéressante car en cas de réussite les salariés actionnaires se partagent les bénéfices annuels. Ils sont donc directement récompensés de leurs efforts.
      Enfin, l’asso enchantiée est gérée par des bénévoles.

      Apports culturels

      La vie enchantiée est un bar où il y a régulièrement (env 2 fois/semaine) des activités culturelles. Au programme, on peut retrouver des expos (photos, peinture), des concerts mais aussi des cafés théâtre, tricot où l’on aborde des sujets de société avec beaucoup de décontraction.

      Bilan et critiques

      La vie enchantiée est un bar de tous les possibles car :

      • tous les bars ne peuvent pas se targuer de proposent des produits bios locaux ou issus du commerce équitable à des prix accessibles.
      • une multitude d’activités culturelles y sont proposées dans une démarche participative.

      Bref, à la vie enchantiée, on peut boire, manger et surtout partager ses expériences tout ça à un prix raisonnable. Alors si vous habitez à Rennes ou si vous y passez, n’hésitez pas à vous y arrêter : Ambiance assurée !!!

      Pour plus d’infos
      www.la-vie-enchantiee.coop

      Bar SCOP “La Vie enchantiée”
      18 quai Emile Zola
      35 000 Rennes
      02 99 79 49 12


      03
      jan 09

      Terre de Liens : Une richesse à cultiver


      Selon Terre de Liens, 35 000 fermes disparaissent chaque année en France. Sur 10 ans cela représente en surface agricole l’équivalent d’un département français. En parallèle, le marché français du bio connaît une croissance continue et régulière. Malgré ce constat, les agriculteurs français sont incapables de produire suffisamment de fruits et légumes bio pour répondre à la demande. En effet, 50 % des produits bio consommés en France sont importés. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, si on n’est pas fils ou petit fils d’agriculteur, il est très difficile de s’installer en bio.
      C’est devant ce constat que je me suis intéressé à la foncière Terre de Liens, une structure qui fait actuellement un appel à l’épargne publique pour acheter des terres. L’objectif est leur mise en location à des agriculteurs qui les géreront de manière écologique et durable. Pour vous, j’ai rencontré René Becker, membre fondateur de Terre de Liens.


      Evaluation Be Lagom de Terre de Liens

      Approche économique

      • Coût d’une action : 105 € (100 € d’action et 5 € de frais de dossier). Sur 100 €, 75 € sont directement investis dans l’achat de fermes et les 25 euros restant sont mis en réserve pour permettre la rotation des actionnaires. L’action est immobilisée pour une durée minimum de 2 ans. Toutefois, la durée d’immobilisation recommandée est de 5 ans. Elle permet en outre une réduction d’impôts sur le revenu égale à 25 % de la souscription.

      Empreinte écologique

      Terre de Liens fait la promotion de l’agriculture bio. Cela signifie qu’il n’y a pas d’engrais chimiques, ni de pesticides et de ce fait une préservation des écosystèmes (nappes phréatiques…). De plus, aider des agriculteurs français à s’installer en bio permet de diminuer les importations de produits bio et donc les émissions de CO2.

      Apports sociaux

      Terre de Liens est composé de 3 structures.

      • Une association qui fonctionne grâce à l’énergie de personnes et de groupes engagés sur des territoires. Dans certaines régions, une antenne Terre de Liens a été ouverte, avec un animateur et des moyens pour travailler. Dans d’autres, des équipes bénévoles se sont mises en place.Son principal objectif est d’impliquer la société civile dans l’aménagement des territoires et d’interpeller les acteurs politiques, syndicaux et associatifs afin de replacer la gestion foncière au cœur de leurs enjeux.
      • La foncière qui est une société dont les associés majoritaires sont la Société Coopérative Financière La Nef et l’association nationale Terre de Liens. C’est elle qui gère directementla collecte de l’épargne citoyenne visant à acquérir des terres pour installer ou maintenir des porteurs de projets agri-ruraux respectant la charte de Terre de liens.
      • La fondation. Celle-ci est en cours de construction juridique. Elle aura pour but de récolter des dons.

      Apports culturels

      En tant qu’actionnaire de la foncière ou bénévole de l’association Terre de Liens, vous êtes informés de l’utilisation de votre épargne et de l’avancée des projets que vous soutenez (lettre d’informations, visites de fermes, assemblée générale…).

      Bilan et critiques

      Terre de liens via ses différentes structures permet de changer le rapport à la terre, à l’agriculture, à l’alimentation et à la nature, en faisant évoluer le rapport à la propriété foncière. Valorisant les dimensions collectives et solidaires pour l’accès à la terre et sa gestion,Terre de Liens vous propose de devenir un acteur d’une agriculture durable en France. « En outre, en devenant actionnaire de Terre de Liens, vous aurez au moins le plaisir de savoir que votre argent sert à financer autre chose que des recherches sur les OGM, la construction d’un nouveau porte avions ou les primes de départ en retraite des PDG fortunés ! Vous mettrez aussi un petit doigt dans l’engrenage de ce monde agricole que peu d’entre-nous connaissent vraiment bien »*.

      Pour en savoir plus :
      www.terredeliens.org

      *http://www.dometlydie.com/charbinat/?p=71